Actualités

Messages les plus consultés

Nombre total de pages vues

3 mars 2009

INTRODUCTION A LA CCR (Conférence consultative régionale)
Diaspora union Africaine


LA TACHE

Mesdames et Messieurs, honorables participants :

L’intensité des attaches affectives et effectives qui nous lient à l’Afrique, en tant qu’individus africains vivant en dehors du territoire de l’Afrique, nous donne le droit mais nous impose, aussi, la charge de vivre cette hybridité culturelle de façon pleine et entière.
C’est donc dire que l’initiative de la Conférence Consultative Régionale, organisée sous l’impulsion de l’Union Africaine, nous interpelle au plus haut point; dans la mesure où elle nous met devant nos responsabilités d’homme africain, moderne, biculturel voire multiculturel.
Il s’y ajoute que l’inexorable tyrannie des temps modernes nous dicte à chaque fois son implacable loi à savoir : point de salut dans l’action en dehors de l’unité.

Si nous voulons apporter notre pierre à l’édification d’une Afrique unifiée, politiquement viable, économiquement solvable, fière et respectueuse de sa Diaspora, nous devrons nous inscrire dans le sens de la construction de l’unité africaine, non pas en s’agglutinant marginalement (à l’image d’une excroissance), sur le dos de l’Afrique mais plutôt en venant s’y greffer telle une opération du coeur réussie c'est-à-dire réciproquement bénéfique pour ces deux entités complémentaires.
Pour ce faire, il suffit, entre autres, de refuser les fatalismes de tous genres et d’affirmer de vive voix notre refus d abdiquer devant les agressions psychologiques et physiques de tous genres qui nous assaillent régulièrement.
S’il est vrai que le tableau souvent brossé, par les africains eux-mêmes souvent, n’est pas toujours radieux, cela ne devrait pas constituer une raison suffisante pour se cantonner au stade de la dénonciation, de la critique stérile, du désintérêt ou même de la démission tout court. Car je ne pense pas que c’est de cette manière que nous infléchirons la voie de notre futur vers ceux de nos idéaux.
La pertinence impose que nous prenions action afin de changer par nous-mêmes les choses qui ne nous plaisent pas ou que nous trouvons scandaleuses.

Dans cette perspective, chacun d’entre nous aura à un rôle actif à jouer; car vous n’ignorez sans doute pas, que les errements de la démocratie passent aussi par la démission des citoyens.

• Exerçons, donc, nos responsabilités

• Prenons les choses à bras le corps

• Faisons nous entendre

• Proposons

• Agissons

• Soyons fières et libres d’affirmer notre spécificité africaine par une solidarité active entre membres de la Diaspora et envers aussi nos frères vivant sur le continent.

Cet objectif de Solidarité ne peut être atteint, si l’on ne dispose pas d’un outil performant, d’un appareil fonctionnel.
Le mouvement international panafricain dénommé AFRIC’ATTACHES est né de cette quête de mécanismes affectif et effectif de solidarité entre africains de tous horizons.


L’ATTACHE

La mise au point de cette structure de participation peut permettre à l’Union Africaine ainsi que sa Diaspora, de disposer d’un instrument privilégié d’action dont les effets sont susceptibles d’être répercuté jusque dans les endroits les plus reculés du continent.

Cet outil pourrait aider à réaliser, ou à satisfaire l’ensemble des demandes adressées à l’Union Africaine ou à la Conférence Consultative Régionale.
Son mécanisme de fonctionnement permet de prendre part à travers ses diverses composantes, aux activités de l’UA ou à celles qu’elle considère comme importantes.

Nous avons esquissé, dans le préambule, un schéma et une vision conformes aux textes et lois de l’UA à ses objectifs et qui sont destinés à être appliqués progressivement.

La diaspora, pour avoir une existence réelle et efficace, doit se doter de structures de coordination et de synthèses capables de lui permettre d’avoir une vision plus juste et plus claire des besoins de ses populations.

D’autre part ces structures devraient contribuer à permettre et à consolider l’intégration des activités opérationnelles de la Diaspora et celles de l’agenda de l’UA. Elles devraient aussi renforcer l’approche interdisciplinaire qui s’impose de plus en plus dans tous ses champs d’activités.
Pour réaliser son objectif de participation effective au développement de l’Afrique, LE MOUVEMENT INTERNATIONAL PANAFRICAIN AFRIC’ATTACHES prévoit trois (3) échelons de décentralisations :

1. Les Bureaux Nationaux,

2. Le Conseil Régional,

3. Le Comité Exécutif International

Les tâches qui leurs sont confiées sont très étendues. Elles concernent d’une part la coopération avec les Etats membres pour les questions de caractères national ou régional. Et, d’autre part, la coordination de l’ensemble des activités de la structure dans la région.

L’objectif à atteindre devra être de disposer progressivement dans chacune des six (6) régions de l’UA d’un réseau véritablement intégré.
Les structures de l’organisation que je viens de vous brosser expéditivement, demande que l’Afrique accepte des ruptures fondamentales avec des systèmes d’interdépendances archaïques, dissymétriques, générateur de principales inégalités qui sont à la base des disparités d’aujourd’hui.
Elle doit réorganiser les rapports d’échanges, les flux d’informations et les formes de concertations en fonction d’une nécessité première : celle de permettre à chaque région de frayer sa propre voie de développement dans le respect de celles de toutes les autres c'est-à-dire de s’enrichir mutuellement.

Nous sommes, vous le voyez sans doute, à un carrefour d’interrogation sur notre avenir. Mais de par notre attitude proactive et responsable, nous parviendront sûrement la solution et la capacité de transformer cette inquiétude en une sensation créatrice.

A quel type d’union aspirons nous ? Et pour quels types d’africains ?
Pour notre part, la vision que nous tentons à partager avec vous, honorables participants, reflète le plus fidèlement celles inscrites dans les différents textes fondateurs de l’Union Africaine


VIVE L’UNION AFRICAINE
M’backé N’diaye
baker070703@yahoo.fr
Rue woeringen, 08
Bruxelles 1000

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Redigez votre commentaire